MENU
PAYS DES PAILLONS

    Le 3 mai dernier, Arnaud Valentin a succombé à un accident de tracteur sur son exploitation. Ce fut un effondrement pour sa famille, dévastée par ce drame et un choc pour de nombreuses personnes qui appréciaient le paysan chaleureux qu’il était.

    Comment reconstruire après une telle catastrophe ? C’est une question que se sont immédiatement posés les élus de la CCPP. Christophe Loubet, qui devait, avant l’accident, s’associer à Arnaud Valentin, s’est proposé pour continuer l’exploitation.

    Aujourd’hui, à la mémoire de son ami et par amour pour l’agriculture, il maintient la ferme en production et garde le contact avec les clients. Depuis le 21 août, la Communauté de Communes du Pays des Paillons, propriétaire d’une partie de l’exploitation, a signé une mise à disposition gratuite pour 2 ans avec ce jeune agriculteur. « Cette période laisse le temps pour la réflexion sur le devenir de la ferme et permet la continuité de l’exploitation avec une personne qui connaît déjà le bien puisque M. Loubet était en stage chez M. Valentin » explique Michel Calmet, vice-président chargé de l’aménagement du territoire. Le président de la Communauté de Communes, Maurice Lavagna, ajoute « c’est un temps nécessaire que nous proposons à M. Loubet pour qu’il puisse donner un second souffle à la ferme ».

    Puisqu’une telle exploitation nécessite beaucoup de travail, Christophe a décidé de s’associer à Cyprien Léonard, ancien courtier, aujourd’hui en reconversion professionnelle. Le binôme compte bien poursuivre les actions mises en œuvre par Arnaud Valentin (la Fête du printemps, la Fête de l’été, de ferme en ferme…) et même s’engager dans de nouvelles collaborations, notamment avec le supermarché coopératif « Nice cop », proposer des paniers avec « la Ferme à la maison » et travailler avec l’association « la Maison des semences paysannes » qui œuvre, entre autres, pour récupérer les vieilles semences oubliées. Christophe et Cyprien ont beaucoup de projets mais ils sont actuellement dans une impasse financière. « Nous avons besoin de 100 000 euros pour faire perdurer cette ferme biologique ». Une telle somme leur permettrait de rembourser à Magalie Valentin les biens matériels de la ferme, d’investir dans un système d’irrigation afin d’automatiser l’arrosage des cultures, d’acheter du matériel approprié, de se doter d’un motoculteur et d’un véhicule de fonction pour livrer leurs récoltes. Pour les aider dans leur démarche, vous pouvez déposer vos dons sur la cagnotte : https://www.leetchi.com/c/ferme-de-la-sousta-un-second-depart-pour-lagriculture-biologique-et-locale. « Notre objectif est de continuer la production et de tout mettre en place pour que tout soit prêt l’été prochain » explique Christophe.

    En attendant, si vous avez envie de déguster de bons fruits et légumes bio de la Sousta, vous en trouverez sur les étals de Bio tea foule (nouveau magasin à la Pointe de Blausasc) ou directement sur l’exploitation, uniquement le samedi matin pour faire votre marché. « Il vaut mieux arriver avant 10h30 pour être sûre d’avoir des produits » conseille Cyprien. Retrouvez la liste des fruits et légumes de saison disponibles sur https://fr-fr.facebook.com/fermedelasousta/

    X